Project Description

Nouvelle exposition ” Anima ”

Depuis le 14 septembre 2022,
vous pouvez visiter une toute nouvelle exposition au Naturoptère.

” Anima ” par Katarina Termač

L’artiste mise à l’honneur

Artiste peintre et graveuse, diplômée des Beaux-Arts en 1996, lauréate du prix Verdaguer décerné par l’Institut de France sur proposition de l’Académie des Beaux-Arts, née à Paris en 1969, Katarina Termačić s’est installée en Picardie depuis bientôt 16 ans. Son parcours artistique débuté par des études d’arts appliqués à l’école Duperré à Paris lui a fait découvrir les différentes techniques de la gravure et le dessin qui reste à ce jour son principal moyen d’expression. La figuration poétique et intuitive engendrée par toutes sortes d’accidents offre à  voir des êtres hybrides à la fois humains, animaux et parfois paysages. Sa double culture de par ses origines yougoslaves l’ont amenée à exposer en Serbie et au Monténégro et à  créer dans le cadre de résidences artistiques sur les territoires du défunt pays de ses parents.

L’exposition ” Anima ”

ANIMA, radical du mot animal;  souffle de vie, âme. C’est le principe qui nous relie au monde, fait de chacun une part de tout.

Anima est aussi le titre de l’étourdissant et inoubliable roman du dramaturge Wouajdi Mouwad, où le périple d’un homme inconsolable parti à la recherche/rencontre du meurtrier de sa femme est raconté par les multiples narrateurs que sont les animaux qui l’entourent. Et le souvenir qui reste de cette lecture est bien la souffrance qui mènera le héros au sacrifice de son âme sans qu’on ait jamais entendu sa voix. Le personnage est  dessiné en creux.  

A une lettre près ANIMA serait un palindrome. La lettre qui crée le déséquilibre offre à la lecture à rebours une issue.  J’y vois une analogie avec mes diptyques permutables, ou comment par l’interversion des panneaux est racontée une toute autre histoire à partir des mêmes éléments,  comment ce qui est un décor quasi hors-champs dans une (pro)position deviendra le motif principal dans la seconde.

Si moins spécifique est l’élaboration de mes tableaux simples elle procède d’un même commencement que les diptyques. En effet c’est après le tracé de formes aléatoires parfois guidé par la seule recherche de couleurs, d’autres fois d’équilibre, sinon de matières, que se dessine une figuration que je n’ai plus qu’à accueillir pour la façonner, l’affiner, bien souvent l’épurer afin que prenne sens un récit, connu de moi seule mais interprétable par tous.