Introduction de l’aristoloche à l’étang salé de Courthézon

Le projet consiste à introduire l’aristoloche à feuilles rondes (plante hôte du papillon la diane) sur le site de l’étang salé de Courthézon, labellisé Espace Naturel Sensible et géré de manière « non interventionniste ».

Les objectifs sont de favoriser la colonisation de la diane (papillon protégé) sur les prairies humides du site et d’utiliser cette opération comme outil de sensibilisation auprès du public.

Pour ce faire, des actions ont été réalisées sur le terrain comme des séances publiques de prospection de la diane, à proximité de l’étang salé (secteur du Tord et Paluds où le papillon a déjà été observée).
Elles permettent de présenter le projet et de nous assurer de la présence du papillon, étape indispensable à la réussite de cette expérimentation.

A ce jour, ce projet est le seul qui prévoit d’implanter les plantes en espérant attirer le papillon, la présence de ce dernier étant avérée à 1 km de l’étang salé.

Aristolochia rotunda

Etang salé de Courthézon

Zerynthia polyxena (diane)

Le projet en détails et en images

Les actions sur le terrain

Ci-dessous les résultats des séances de prospections :

Le 09 avril 2019, l’inspection de 100 plants n’a révélé aucun œuf ou chenille, mais 5 imagos en vol ont été observés.

Le 12 mai 2019, 20 chenilles ont été observées sur les 100 plants inspectés

Collecte de graines, tests germination

Au Naturoptère, des graines d’aristoloche à feuilles rondes (Aristolochia rotunda) ont été plantées dans le cadre d’un test de germination.
Un autre lot de graines (100) a été semé directement à l’étang en 2018-2019.

Semis de graines d’Aristolochia rotunda, Naturoptère

Implantation de 85 plants aux printemps 2018 et 2019

Carte zone d’implantation de l’aristoloche sur l’étang salé

Résultats

Semis

Le taux de germination (<10% après un an), le délai avant la germination (1-2 ans), la croissance très lente des plants nécessite un suivi sur plusieurs années afin de pouvoir tirer une conclusion quant à la possibilité d’installer une population d’aristoloches à partir de graines.

Plants 

En 2020, nous constatons que sur les 85 plants installés environ 80 ont refleuris. Ce sont les plants les plus gros qui ont montré une floraison, avec des tiges plus courtes et des fleurs moins nombreuses en comparaison de leur aspect initial (avant prélèvement).

Valorisation du projet

Ce projet permet, par des actions, de valoriser les richesses biologiques des zones humides.

Des actions pédagogiques

Des sorties naturalistes avec présentation du projet, observation de la biodiversité et prospection de la Diane sur le site.
Des ateliers pédagogiques de sensibilisation à la biodiversité, au Naturoptère, suivis d’une sortie à l’étang salé, tels que : «Biodiversité d’une zone humide», et «Réalisation d’un IBGN» (Indice Biologique Global Normalisé qui donne l’état écologique de l’eau d’une rivière en se basant sur la faune de macro invertébrés benthiques d’eau douce).
Au total, ce sont donc 4 établissements du secondaire (107 élèves, 8 enseignants) qui ont bénéficié des actions pédagogiques en 2018-2019. Lors de sorties à l’étang salé, deux animateurs/encadrants du Naturoptère étaient présents, afin de proposer les visites en ½ groupes afin de limiter l’impact sonore et visuel vis-à-vis de la faune. Cela permet également de rendre la sortie plus interactive pour les élèves.

Des actions de communication

Une exposition « Diane-Aristoloche à l’étang salé de Courthézon » est disponible au prêt à la CCPRO. Elle a déjà été présentée dans plusieurs établissements scolaires, médiathèques et offices du tourisme.
Un film à été réalisé afin de présenter le projet. Version scientifiqueVersion décalée
Plusieurs volets du projet ont été relayés dans la presse locale : les actions avec les scolaires (sortie à l’étang salé avec le collège Arausio d’Orange (Article paru dans Vaucluse matin 16/03/2019) et les actions de suivi (Article paru dans Vaucluse matin 15/05/2019).

Les partenaires

Télécharger le pdf

Conférences

Nous mettons à votre disposition le contenu de notre dernière conférence :
“Changement climatique et viticulture :
 quels impacts ? quelles pistes d’adaptation ?”
du 9 décembre 2021, que vous pouvez télécharger ici :

Télécharger